Ces disciplines du fitness que vous feriez bien d’essayer !

Description

Que ce soit pour améliorer votre endurance, augmenter votre résistance et votre souplesse ou encore affiner votre silhouette, le fitness regroupe une multitude d’activités physiques qui contribueront à atteindre ces objectifs. Décortiquons ensemble les principales disciplines du fitness.

types de fitness

Le stretching

Les étirements ne sont pas un sport à proprement dit. Il s’agit davantage d’une technique de relaxation. Le stretching permet d’acquérir une souplesse, une posture et un maintien utiles pour le corps au quotidien. Cette détente corporelle accompagne un travail de respiration et de contrôle de soi, qui amènent le pratiquant à se déstresser du quotidien.

Ce dernier prend d’ailleurs davantage conscience des parties de son corps peu sollicitées en dehors des exercices. Le stretching ne fait pas grandir, il aide simplement le corps à se redresser.

Le Pilates

Quand Joseph Hubertus Pilates invente, au début du XXe siècle, la méthode qui porte son nom, il imagine des exercices et des outils pour corriger la posture des pratiquants. Il est par exemple à l’origine de systèmes de rééducation à ressort (appelés Cadillac) pour les malades ayant besoin de rester allongé. Cette méthode, qui s’inspire du yoga ou de la gymnastique, connaît un succès grandissant et des stars du cinéma comme Katharine Hepburn ou Lauren Bacall la rendent plus populaire encore.

La spécificité de la méthode réside dans le fait que c’est à l’esprit de maîtriser les muscles, ce que Pilates appelait lui-même “contrôlogie”. C’est ainsi plus de 500 exercices qui sont recensés pour pratiquer à différents niveaux de difficulté. Il s’agit avant tout de rééquilibrer sa colonne vertébrale et d’être plus à l’écoute de son corps. La respiration, la précision et la concentration tiennent une place importante dans ces exercices, qui représentent néanmoins un risque physique s’ils ne sont pas exécutés correctement.

L’appareil le plus utilisé au Pilates s’appelle le “Reformer”. Il s’agit d’un cadre en bois sur lequel sont installés des élastiques, des ressorts et une assise permettant au pratiquant de travailler divers exercices. Les élastiques sont une alternative aux haltères dans la méthode Pilates car ils ont un impact moins violent pour le corps lors des entraînements.

LE STOTT PILATES

Moira Stott et Lindsey Merrithew ont développé une variante du Pilates dans les années 1980, considérée comme plus moderne car elle prend en compte les découvertes récentes sur la colonne vertébrale. Le Stott pilates a été créé en lien avec des médecins sportifs et des physiothérapeutes et s’appuie sur des appareils en acier plutôt qu’en bois. Les principes fondateurs du Pilate sont respectés mais les exercices se concentrent ici davantage sur les épaules, clavicules et omoplates et nécessitent plus d’exercices préparatoires. La méthode insiste particulièrement sur l’importance de commencer un entraînement sans stress ressenti.

LA GYMNASTIQUE SUÉDOISE

Pehr Henrik Ling invente la gymnastique suédoise au XIXème siècle en ajoutant aux mouvements traditionnels de la gymnastique des exercices de kinésithérapie. Il faut attendre 1986 pour voir cette discipline arriver en France. La “gym suédoise” se concentre autour de la sensation de bien-être, de relaxation, que doit connaître le pratiquant à la fin de chaque séance.

Pour cela, de la musique accompagne les exercices respiratoires, d’assouplissements ou encore de musculation. Les endorphines libérées par le corps durant la pratique apportent une sensation de bien-être, confirmée par la convivialité des cours. Contrairement à certaines nouvelles disciplines fitness plus intenses, la gymnastique suédoise n’épuise pas celui qui la pratique.

LE JUKARI FIT TO FLEX

Lancé en partenariat avec Reebok et le Cirque du Soleil, cette discipline se pratique à l’aide d’élastiques pour acquérir une meilleure souplesse. Les articulations gagnent en mobilité et le corps en maintien. Cette variante innovante du stretching en conserve ses bienfaits mais croise également la route de la danse pour dynamiser les étirements en musique. La tension des élastiques ressentie par les bras permet d’augmenter la difficulté d’une séance qui se passe en douceur malgré tout.

LE BODY BALANCE

Technique de relaxation née d’une synthèse du yoga, du taï chi et du pilates, le body balance vise avant tout la relaxation et la souplesse. L’équilibre et le gainage sont développés en parallèle aux exercices de respiration pour apporter une méthode destressante la plus complète possible. Après plusieurs séances, le body balance devient aussi un moyen efficace de corriger sa posture au quotidien.

LA PLATEFORME VIBRANTE

Utilisée en URSS dans les années 1970 pour entraîner les cosmonautes avant leur départ dans l’espace, la plateforme vibrante fut développée sur l’idée d’une musculation sans effort. En 1999, l’entraîneur olympique de sportifs néerlandais, Guus Van der Meer, imagine le Power Plate: un modèle de plateforme vibrante aujourd’hui répandu dans le monde entier. Depuis, la marque a également créé le Power Bike, dans le même esprit.

Il s’agit de compléter une pratique sportive par de courtes séances sur la plateforme pour faire du renforcement musculaire mais aussi articulaire et osseux. Lorsque la machine est en fonctionnement, le pratiquant expose ses muscles aux vibrations,qui se contractent, se relâchent par réflexes. Ils travaillent ainsi davantage que lors d’un entraînement ordinaire.
L’appareil se compose d’une plaque motorisée et d’un axe verticale, pouvant aller jusqu’à deux mètres, avec des poignées pour se tenir. Une séance de plate-forme n’excède pas 15 minutes en général. Durant ce quart d’heure, le pratiquant alterne des positions qui durent 30 secondes et des temps de repos, le but étant d’avoir un cycle d’entraînement complet sans forcer.

Les vibrations ayant un effet de répercussions sur le corps, les plateformes sont contre-indiquées à de nombreuses personnes : femmes enceintes ou porteuses d’un stérilet récent, personnes atteintes de pathologies cardio-vasculaires, diabétiques sévères, personnes sujettes aux migraines… Des sportifs professionnels, comme Rafael Nadal par exemple, ont recours à la plateforme vibrante:

LA PLATEFORME OSCILLANTE

Cette plateforme se distingue du Power Plate par le mouvement de sa plaque, fait d’oscillations et non de vibrations. L’appareil se caractérise par un mouvement répétitif réparti de manière régulière au pratiquant. A la manière de la plateforme vibrante, la plateforme oscillante fait travailler le muscle par réflexes et se compose des mêmes objets: une plaque avec moteur et une colonne avec poignées.

La plateforme oscillante se concentre davantage sur la stabilisation du poids que sur le renforcement musculaire. Il existe encore peu d’études sur les oscillations mais les contre-indications sont les mêmes que pour le Power Plate.

L’Aquagym

La gymnastique aquatique est née en France et devient Aquagym lorsque Christiane Gourlaouen dépose la marque en publiant un livre du même nom au début des années 1990. La particularité de l’aquagym réside dans le fait de se sentir léger tout en pratiquant un sport.

C’est le principe de la poussée d’Archimède : grâce à la flottabilité et à la pression de l’eau, notre corps reste à la surface et l’impact qu’il subit lors de l’effort est quasi nul. L’eau donne une impression de liberté de mouvements. L’aquagym se pratique ainsi à tous les âges, même pour les seniors. Paradoxalement, la résistance de l’eau au corps demande au pratiquant de redoubler les efforts lors de la séance. Si bien que les résultats se voient vite.

Ce sport atténue les risques de courbature, de claquage ou d’élongation tout en faisant travailler les abdominaux, les cuisses, les fessiers et les bras. Il n’est donc pas nécessaire d’être un sportif émérite pour débuter !

Les nouvelles piscines dédiées à cette pratique disposent d’un bassin d’une profondeur de 130 à 150 cm avec un sol anti-dérapant. Elles ont une installation sonore de premier ordre par rapport aux équipements des piscines municipales. Une séance type dure 30 à 45 minutes et diffère selon les cours : avec ou sans musique, intense ou tranquille… En France, seuls les entraîneurs titulaires du BEESAN (Brevet d’État d’Éducateur Sportif des Activités de la Natation) ou du BPJEPS “AAN” peuvent donner des cours d’aquagym. Le BNSSA (Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) ne donne pas ce droit.

L’AQUA FITNESS

C’est une version dite “plus moderne” que l’aquagym. Les séances y sont plus toniques, plus intenses. L’aquafitness reprend de nombreux mouvements de l’aérobic sur des musiques au rythme soutenu. Les pratiquants doivent parfois utiliser des accessoires comme des planches, des ballons ou des frites en mousse selon les exercices. Un échauffement est nécessaire pour tenir toute la séance (qui dure jusqu’à 50 minutes). Cette activité fait travailler le coeur, la respiration et de nombreux muscles comme les abdominaux, les fessiers…

L’AQUABIKING

Inspiré du même principe que l’aquagym, l’aquabiking, aussi appelé aquacycling, est né en Italie et mise sur la flottabilité pour faire du cyclisme sans courbature. Les vélos sont immergés dans l’eau pour ne laisser dépasser que le buste du pratiquant.

La bicyclette dans l’eau permet de se muscler sans traumatismes pour les articulations. Cette activité est donc conseillée aux femmes enceintes, à l’inverse du cyclisme traditionnel. De plus, l’eau améliore la circulation sanguine et efface la peau d’orange à la sortie du bassin car elle agit comme un drainage sur les jambes. Une séance coûte en moyenne 30 euros et dure entre 30 et 45 minutes, durant lesquelles le pratiquant doit pédaler debout, assis, derrière la selle, près du guidon ou encore avec des haltères légers. Et tout cela en musique bien entendu!

L’AQUELLIPTIQUE

Cette variante de l’aquabiking profite des mêmes propriétés. La seule différence se mesure à l’appareil puisque l’elliptique oblige le sportif à rester debout. Le coach d’une séance d’aquaelliptique combine des exercices inspirés du ski de fond, de la marche nordique ou encore du rameur pour que le pratiquant se dépense en musique sans compter.

L’AQUA-STRETCHING

Il s’agit plus d’une activité visant à améliorer sa souplesse ou à rééduquer ses articulations que d’un sport pour se muscler. L’aquastretching combine les bienfaits des étirements pour le corps et ceux de l’eau puisque les mouvements y gagnent ainsi en amplitude. La ceinture scapulaire (omoplates, clavicules, épaules) et le dos travaillent le plus lors de ces exercices, recommandés par les kinésithérapeutes pour la rééducation de la colonne vertébrale ou après une fracture du talon. Des accessoires comme une frite en mousse, une planche ou un ballon assistent le pratiquant lors des séances.

L’AQUA ZUMBA

La Zumba se met à l’eau ! Ce programme fitness créé dans les années 1990 par le colombien Beto Perez s’inspire des danses latines pour redynamiser la gym. La Zumba envahit désormais les piscines pour ajouter aux bienfaits de la pratique ceux de l’exercice dans l’eau. Les pratiquants ont de l’eau jusqu’à la poitrine et doivent enchaîner les mouvements d’une chorégraphie dictée par le coach au bord du bassin. L’aqua Zumba a pour but d’allier sport et détente et la réussite d’une séance dépend de la musique endiablée ainsi que du dynamisme des participants. Grâce à la résistance de l’eau, 12 fois plus importantes que celle de l’air, le participant muscle surtout sa ceinture abdominale et ses jambes. Les personnes âgées n’est par contre pas le public visé en priorité pour ce type d’activité. En effet, le coeur est beaucoup mis à contribution et la cadence de la séance est soutenue.

L’AQUAPOWER

L’aquapower s’inspire de l’aquagym mais demande plus d’efforts aux pratiquants. Cette variante utilise la résistance de l’eau comme moteur pour se dépasser. Un exemple? Il est demandé aux participants d’enfiler des bottes, légères sur terre mais lourdes une fois que l’eau s’est infiltrée à l’intérieur, et de porter des haltères ou une barre.

Le fait de ne pas avoir pied, ajouté au matériel ainsi qu’à l’intensité de la séance, galbe la silhouette et permet d’acquérir une endurance physique et cardio-vasculaire. La séance dure entre 30 et 45 minutes et se déroule en eau profonde où les exercices les plus fréquents sont la marche et la course. L’aquapower est déconseillé aux personnes souffrant d’une pathologie cardio-vasculaire ou respiratoire. Pour les femmes enceintes, un entraînement au rythme tranquille est possible.

LA ZUMBA

Créé dans les années 1990 par le colombien Beto Perez, ce programme fitness s’inspire des danses latines comme la salsa, le merengue ou la samba pour redynamiser la gymnastique classique. La Zumba fait travailler l’ensemble du corps en améliorant l’endurance cardio-vasculaire. Cette alliance de danse et de fitness, abordable pour les débutants, mise sur l’esprit convivial instauré dans le cours par le coach et la musique. Beaucoup de pratiquants viennent ainsi aux cours pour se défouler et se détendre. La marque Zumba s’est déclinée en de nombreuses variantes comme la Zumbatomic pour les enfants, la Zumba Gold pour les séniors ou encore la Zumba Sentao qui se pratique avec une chaise.

LA BATUKA

Inspiré par le succès de la Zumba, la Batuka, lancé en 2005, mêle danse, fitness et mouvements de sports de combat comme le kung fu ou le kick boxing. Les bienfaits de cette pratique se rapprochent de ceux de la zumba: amélioration du rythme cardio-vasculaire, renforcement musculaire… La Batuka connaît un succès grandissant en Espagne et arrive en France sous plusieurs déclinaisons avec l’Extrême Batuka et la Power Batuka.

LA LATINVA

Dernière arrivée essayant de surfer sur la vague Zumba, la Latinva est une technique de fitness imaginée en 2007 par Johnny Latin. Les différences avec la Zumba se constatent sur le choix musical et l’aspect plus “dansant” de cette variante. Sinon, les bienfaits sont similaires: renforcement musculaire, amélioration du cardio, destressant…

LE HULA HOOP / HOOP DANCE

Le hula hoop débarque en France dans les années 1950 avec un succès immédiat auprès des enfants. Le cerceau devient un accessoire sport et fitness de nos jours et même Michelle Obama s’y met pour le programme Let’s move. Le “hooping” ou “hoop dance”, puisque c’est comme cela qu’il faut l’appeler désormais, est un programme polyvalent exécuté en musique. Les abdominaux et les hanches travaillent beaucoup mais il est aussi possible de sculpter les muscles de ses bras ou de ses jambes avec des exercices spécifiques.

LE FIT PUNCH

Initiation au kick boxing et à la boxe, ce sport tonifie les partie du corps comme : les abdominaux, les cuisses, les bras…. les différentes courses succèdent aux exercices de frappe où Il faut porter des coups précis et puissants dans le sac. Les personnes aux poignets fragiles doivent s’abstenir.

L’ADI BOXING

Développé par Ashley Conrad en partenariat avec Adidas et d’anciens champions de boxe, cette combinaison de la boxe anglaise et du fitness sculpte les abdominaux tout en transmettant des techniques de sport de combat. L’enchaînement rapide des mouvements sur une musique dynamique durant 60 minutes permet de brûler des calories et d’obtenir un gainage remarquable.

LE BODY COMBAT

Comme son nom l’indique, le Body combat associe plusieurs disciplines comme la boxe, le karaté, la capoeira ou encore le taekwondo pour sculpter son corps en musique. Les cours durent 60 minutes et chacune des dix chansons sélectionnées correspond à une phase de la chorégraphie, imaginée par un directeur de programme et renouvelée tous les trois mois. Ce sport ne nécessite aucune expérience en art martial et se veut ludique avant tout.

LE CXWORX ET LE CX30

Ce sont des sessions de 30 minutes intenses par toutes celles et ceux qui n’ont pas le temps d’aller courir deux fois par semaine. Les exercices de CX se font en musique et se concentrent sur les abdominaux et sur les fessiers. Les entraînements ne durent que 30 minutes, soit six chansons, car aller au-delà demanderait trop d’endurance cadio-vasculaire. Les accessoires classiques du fitness sont utilisés durant ces cours.

LE CROSS FIT

À la croisée de la gymnastique, de l’haltérophilie et de l’endurance, cet entraînement physique créé aux États-Unis dans les années 1970 se développe de plus en plus en France. Le crossfit ne se concentre pas sur un muscle en particulier mais tient à faire travailler le corps dans sa totalité. Quelques polémiques viennent néanmoins entacher le succès grandissant de ce sport. En effet, si les exercices ne sont pas encadrés par des professionnels ni réalisés dans des conditions optimales, le risque de blessure s’avère notable.

LE TRX TRAINING

Système d’entraînement développé par l’armée américaine et le commando de la Navy Seal Randy Hetrick, le TRX training se compose d’exercices de musculation et de fitness effectués en suspension grâce à des élastiques. Il peut se pratiquer en salle mais aussi chez soi puisqu’un kit complet est commercialisé depuis 2005. De nombreux sportifs utilisent cette méthode, dont les joueurs de football de Liverpool par exemple.

LE BODY PUMP

Ce cours de fitness qui s’apparente le plus au bodybuilding a été lancé dans les années 1990 aux États-Unis. Le renforcement musculaire et la perte de masse graisseuse sont les objectifs principaux de cette discipline, qui exige beaucoup d’efforts. Le body pump s’appuie sur une chorégraphie où chaque morceau permet de travailler une partie spécifique du corps. Haltères, poids et step sont primordiaux pour cette discipline où les risques de blessure sont plus élevés que dans d’autres variantes.

LE BODY SCULPT

Cette nouvelle discipline fitness compile renforcement musculaire et cardio-training lors d’entraînements qui font travailler toutes les parties du corps en musique. Pour accroître la difficulté et varier les exercices, des accessoires comme les élastiques tendus au niveau des mollets permet au pratiquant de se dépenser davantage.

L’AÉROBIC

Apparu aux Etats-Unis en 1968 grâce au livre du même nom de Kenneth Cooper, l’aérobic a pour but d’améliorer l’endurance cardio-vasculaire et de tonifier le corps en musique. L’aérobic permet de muscler les jambes, de tonifier le buste et de rendre son corps plus souple.

L’aérobic est à l’origine du fitness moderne en France. Cette pratique se popularise dès 1979 avec l’émission Gym Tonic de Véronique et Davina. Même si certains Charlots ont développé leur propre méthode, que nous condamnons ici avec la plus grande fermeté.

Des compétitions, nationale et internationale, existent sous deux formes différentes: l’aérobic sportif (gymnastique aérobic) et l’aérobic artistique. Ces disciplines sont sous la responsabilité de la Fédération Internationale de Gymnastique et de la Fédération Internationale des Sports d’Aérobic et de Fitness.

LE STEP

Né en 1986 aux Etats-Unis, le step devient l’une des activités principales du fitness et arrive en France quelques années plus tard. Son nom est tiré de l’accessoire indispensable à sa pratique: un step (marche en anglais). Le but du step est de réaliser une chorégraphie durant 30 à 45 minutes. La hauteur du step se règle en fonction de la difficulté souhaitée.

Le corps travaille dans sa totalité lors de l’une de ces séances puisque les bras sont eux aussi en mouvement pour exécuter la chorégraphie. La dimension artistique est une donnée essentielle à prendre en compte lorsque l’on démarre. Plusieurs pas sont ainsi mis en pratique au fur et à mesure des entraînements. Cela va du “basic” au plus complexe avec le “V inversé” par exemple.

LE BIKING

Il s’agit d’une reprise du vélo d’appartement mais en salle et accompagnée d’un coach pour produire un effort soutenu. Aussi appelé “cycling”, le biking améliore l’endurance cardio-vasculaire et fait travailler les jambes lors de séances intensives. La résistance du vélo se règle selon le niveau de difficulté voulu. La perte de poids n’est pas immédiate mais s’effectue sur le long terme.

LE KETTLEBELL

Ce boulet de canon “à poignée” apparaît dans l’entraînement de l’armée russe pour la première fois dès le 18ème siècle. Il s’exporte aux États-Unis vingt ans plus tard pour devenir une variante du fitness dans les années 2000, grâce entre autre à Pavel Tsatsouline. Une kettlebell, aussi appelé girya, pèse entre quatre et 32 kgs. La subtilité de la kettlebell réside dans le fait que, contrairement à une haltère classique, son centre de gravité est justement décentré. Un effort supplémentaire est donc demandé au sportif pour tenir le poids.

Les principaux exercices de la kettlebell se concentrent autour du mouvement de balancier que le pratiquant apprend à maîtriser au fil des séances. Ceci afin de pouvoir freiner ou accélérer le mouvement des bras. Le gyria impose un travail asymétrique qui, plus qu’un inconvénient, est une véritable chance de pouvoir travailler des points faibles spécifiques, contrairement aux haltères classiques. La kettlebell se rapproche davantage de la musculation mais il est possible de le pratiquer en fitness, avec un entraînement adapté et des poids moins lourds.

LE POWERBALL

Cela peut être considéré comme un jouet mais le powerball est aussi un accessoire fitness voire une aide à la rééducation. Cet appareil marche sans pile, uniquement à la force du bras. Plus vous exercez une mouvement circulaire important, plus le powerball devient difficile à contrôler. Il fonctionne avec un gyroscope “entouré” par une coquille en plastique circulaire. Le powerball fait travailler le bras, du poignet jusqu’à l’épaule, mais une utilisation excessive amène des tendinites.

L’AERO FITNESS – FITNESS AÉRIEN

Ce numéro de cirque, aussi appelé “tissu aérien”, se démocratise pour devenir une variante du fitness, pratiquée avec un trapèze, de longs tissus suspendus au plafond ou un hamac. Le renforcement musculaire ainsi que l’amélioration de la coordination et de la souplesse sont les principaux bienfaits de cette pratique qui tonifie le corps. Plus que tout autre variante, l’aéro fitness apporte une dimension de grâce au pratiquant. La pratique avec trapèze s’effectue à sept mètres du sol en général. Les conditions de sécurité drastiques rassurent néanmoins dès la première séance.

LE FIT PING TONIC

L’alliance du tennis de table et du fitness! Voici ce que propose ce nouveau sport qui alterne sessions de renforcement musculaire (abdominaux, cuisses, fessiers…) et jeu sur la table de ping-pong lors des entraînements.

LE FITNESS SUR CONSOLE

Le fitness sur consoles de jeux vidéo se développe de plus en plus avec une multitude de choix. Cela passe par la Wii Fit ou la Zumba fitness disponible sur Wii ou Xbox 360. Mais Domyos commercialise aussi désormais des kits d’entraînement comme Fitness Dance ou Fitness Training avec un coach virtuel à la télévision. Ces nouvelles versions du sport à la maison coûte entre 30 et 60 euros, hors coût éventuel de l’achat d’une console.