Le rameur : pourquoi, comment ? Calmez-vous, on vous dit tout !

Description

Bien, pour commencer, soyons d’accord sur quelques points :

  1. le rameur est le meilleur appareil cardio jamais inventé
  2. le rameur est l’appareil cardio le plus sous côté

pourquoi faire du rameur

Le rameur est-il fait pour moi ?

Voilà, je pense que c’était nécessaire de remettre les barres sur les T ! Donc si vous vous demandez si le rameur est fait pour vous, la réponse est oui. je ne sais pas qui vous êtes, lecteur, mais je peux pourtant affirmer que le rameur de musculation sera bénéfique pour vous, et ce pour plusieurs raisons :

  • le rameur est accessible à absolument tout le monde, que vous soyez en surpoids, que vous soyez complètement hors de forme, que vous reveniez de blessure, que vous souhaitiez perdre du poids, que vous vouliez vous dessiner et vous muscler, que vous désiriez augmenter votre endurance, votre flexibilité et j’en passe…je le répète : le rameur est excellent pour tout le monde
  • on en trouve partout, dans toutes les salles de sport ! Osez me dire que votre salle n’en possède pas, allez-y, osez donc ! Et quand bien même votre gymnase n’en serait pas pourvu, il ne tient qu’à vous d’en commander un, les prix sont dorénavant abordables, la place n’est plus un soucis avec le rameur pliable et vous aurez bien vite amorti l’investissement
  • le rameur n’est pas dangereux, à partir du moment ou la technique est bonne, c’est un exercice qui, en plus de travailler 80% des muscles comme le rappelle Michel Cymes, ne place aucune tension sur ces derniers, ni sur les tendons, ni sur les articulations ! C’est ce qui fait que je vous conseillerai 100 fois de faire du rameur que de la course à pied, surtout si vous avez une surcharge pondérale et/ou des douleurs aux genoux/hanches

Suis-je fait pour le rameur ?

Déjà on l’a vu, quelle que soit votre morphologie, le rameur ne vous est pas exclu. Vous n’allez pas le briser si vous êtes trop lourd, et la résistance adaptable de chaque machine permet même aux plus faibles de bénéficier des effets du rameur. À partir de là, la technique est on ne peut plus simple, c’est pourquoi l’appareil est autant utilisé par les coachs sportifs désireux de remettre leurs clientèles en forme et sur de bons rails.

Il n’y a aucune raison que le rameur ne soit pas fait pour vous, sauf si cas exceptionnel, qui comprend des douleurs dorsales et/ou un manque cruel de muscles lombaires. Autrement, on a vu que le sexe, l’âge, le poids et le niveau de sédentarité n’étaient pas des facteurs limitants.

Comment faire du rameur ?

Ne riez pas, cela peut vous sembler simple à priori, mais je peux vous assurer que le mouvement est plus subtil qu’il n’y parait ! Si vous pensez que le rameur muscle essentiellement les bras, je peux d’ores et déjà vous dire que vous risquez de mal exécuter le mouvement. Certes, le rameur travaille les biceps et triceps, mais il travaille essentiellement la chaîne postérieure : à savoir vos quadriceps, vos ischios jambiers, vos fessiers (avis aux demoiselles) et vos mollets. À bien y réfléchir, c’est on ne peut plus logique, lorsque l’on compare la taille des muscles du bras à celle des muscles des jambes. Donc ce sont les jambes qui effectuent la plupart du mouvement, et à ce titre, ce sont elles qui vont l’initier.

Voyons les sept étapes du mouvement de rameur :

  1. régler la résistance du rameur, mettez entre 3 et 5 pour simuler une séance d’aviron sur l’eau
  2. installez-vous sur le siège et sanglez vos pieds, la sangle passe au milieu de ces derniers
  3. saisissez la poignée avec une prise assez “lâche”, votre torse est incliné de 5° vers l’avant en rapport à la verticale
  4. poussez sur vos talons pour enclencher la phase de “drive”, lorsque ces dernières sont tendues, inclinez légèrement votre torse de 5° en arrière, cela vous assure le gainage de votre sangle abdominale
  5. tirez maintenant avec vos bras pour amener la poignée en direction de votre buste, juste sous vos pectoraux (pas dans le menton hein !)
  6. ramenez la poignée en position initiale, en veillant à bien inverser l’ordre des “membres” : soit les bras en premier, puis l’inclinaison du buste (-5° > +5° cette fois-ci), puis les jambes. Lors de cette phase, le mouvement doit être deux fois plus long que le mouvement de tirage, et vous devez vous concentrer pour ne pas ramener en tirant avec vos pieds sur les sangles, mais bien en contractant vos abdominaux.
  7. répétez !

Quelles erreurs ne pas commettre ?

On vient un peu d’en parler, mais voici les tops erreurs à ne pas faire :

  • tirer essentiellement avec les bras
  • mélanger l’ordre du mouvement, rappelez-vous : jambes, corps, bras, bras, corps, jambes
  • vos coudes ne doivent pas finir leur course écartés (vous ne devez pas avoir l’air d’une poule)
  • vous ne devez pas être couché en arrière en fin de mouvement, 5°, pas plus
  • vous ne devez pas arrondir le dos en ramenant

Voilà, je crois que vous êtes tout bon, n’hésitez pas à monter sur ce rameur et à le dompter !